« Une équipe de combat pour la bonne gouvernance, la croissance économique et la réduction de la fracture sociale » dixit M. THIEBA

Le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, a échangé avec la presse nationale et internationale, ce mercredi 13 janvier 2016 à la Primature. Le Chef du Gouvernement a décliné la vision stratégique de son équipe et répondu aux préoccupations des journalistes.

D’entrée de jeu, le Secrétaire général du Premier ministère, Youma ZERBO, a donné lecture du décret du 12 janvier 2016 portant composition du Gouvernement. On retiendra que l’équipe gouvernementale comprend vingt-neuf (29) membres dont un ministre d’Etat, deux (02) ministres délégués et quatre (04) secrétaires d’Etat.

Dans sa déclaration liminaire, le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, a évoqué les critères qui ont guidé à la composition du Gouvernement. Il a choisi ses vingt-neuf collaborateurs sur la base « de l’éthique, de la probité, de la compétence, de la nécessité de rajeunir la classe politique et de la représentativité féminine ». De son Gouvernement, M. THIEBA dira qu’il s’agit d’ « une équipe resserrée pour une grande efficacité », « une équipe de combat » en vue de relever les défis actuels, dans un contexte d’émancipation de la jeunesse, acteur principal de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et de la résistance contre la tentative de putsch de septembre 2015. Le Premier ministre THIEBA a dit son insatisfaction relativement au nombre de femmes dans son équipe, dénonçant un manque de vocation politique chez la seconde moitié du ciel.

Paul Kaba THIEBA a décliné la vision stratégique de son Gouvernement, constituée de trois grands axes : « la bonne gouvernance, les réformes économiques en vue d’une croissance durable et la réduction de la fracture sociale ».

Le Chef du Gouvernement a également annoncé l’adoption d’un Code d’éthique et de bonne conduite à signer par l’ensemble des ministres dans le but
d’éviter d’éventuelles déviations dans l’exécution de leurs missions. A ce propos, Paul THIEBA prône une tolérance zéro à l’encontre d’un quelconque serviteur de l’Etat irrespectueux des règles de bonne gouvernance.

A la suite de sa déclaration liminaire, le Chef du Gouvernement s’est prêté aux questions des journalistes. A propos de l’appartenance politique des différents ministres, M. THIEBA a relevé qu’ils sont issus de partis ayant pris part à l’insurrection populaire, et soutenant le programme politique du président Roch Marc Christian KABORE.

Répondant à une question sur la désignation du porte-parole du Gouvernement, il a indiqué que le Chef de l’Etat procédera à ce choix à l’issue du premier conseil des ministres. A la question sur le sens d’un ministre d’Etat, le Premier ministre THIEBA a expliqué qu’il s’agit d’un titre protocolaire reconnu « aux ministres les plus capés, à l’image de Laurent Fabius en France ».

Au sujet d’un éventuel conflit d’intérêt dans la mesure où certains ministres sont des promoteurs de presse privée, ou des ex-ministres de la transition, M. KABA a soutenu que le Code d’éthique permettrait de résoudre cette question.
Sur l’absence des Organisations de la société civile (OSC) dans le Gouvernement, il a affirmé que « ce n’était pas une bonne idée de les inclure dans l’équipe », afin d’« éviter les mélanges de genres ».

Relativement au portefeuille de la défense conservé par le Chef de l’Etat, le Premier ministre a répondu qu’il s’agissait de son « droit régalien ».
Sur l’incivisme qui menace l’autorité de l’Etat, il a interpellé la jeunesse pour un changement de comportement, le développement impliquant nécessairement la discipline.

Concernant la croissance économique qu’il appelle de tous ses vœux, le Premier ministre THIEBA a souligné qu’elle va nécessiter un travail de longue haleine.